À la une

Pour soutenir, contenir, l'accueillant doit se sentir soutenu, contenu. Il faut s'adapter aux personnes qui viennent.

D'où l'importance de la régulation pour les accueillants. "Même seul, vous n'êtes jamais seul".

 

La souffrance des personnes en rupture de lien social, familial signifie: se sentir indésirable partout, ne pas se sentir désiré.

Dans le passage vers le clinicien, il est important que la personne se sente désirée".

La perspective de travail  à la fin était "Que pouvons nous dire du transfert sur l'accueil?"

                - - - -  - - - - - - - - -

Pendant l'année 2020-21,

l'Association pour la Psychanalyse et le Lien Social

propose des échanges autour de

La clinique du migrant (les migrations, leurs raisons et conséquences économiques et sociales, le trauma psychique)

Les origines du totalitarisme

(le Nihilisme. Hannah Arendt, Simone Weil )

L'accueil de l'enfant

Bienvenue sur notre site

Orientée par la psychanalyse, l’APLS s’attache à défendre l’orientation analytique en prise avec le lien social contemporain. Vous trouverez ici quelques informations sur nos activités et sur notre orientation de travail , ainsi que l'agenda de nos réunions de travail et les comptes-rendus.

L’association A.P.L.S. a pour but :

  •  D’offrir un dispositif d’écoute et de soutien assuré par des psychologues cliniciens diplômés d’état à toute personne ou groupes de personnes en souffrance ou détresse psychique et précarité sociale.

  •  Les psychologues cliniciens travaillent également auprès des professionnels du secteur sanitaire, social et éducatif.

  •  Ils favoriseront toutes les rencontres et actions visant à la mise en place et à   la consolidation de réseaux de travail et de partenariat.

  •  L’association a également pour but la mise en place d’une activité de      recherche visant à une meilleure compréhension:

des problèmes en jeu aujourd’hui dans la clinique et spécifiques aux         populations précaires

          et de l’évolution de la praxis afin d’y faire face.

L'Association pour la Psychanalyse et le Lien Social a proposé une rencontre le

samedi 27 juin de 14h à 18h sur "L'Accueil, le Transfert à l'APLS".

  

La discussion a été introduite par Madame Geneviève Rocques, qui transmet son expérience au sein de l'Association "Recherche et Rencontre" à Toulouse.

 

Notre point de départ:

Après avoir reçu les personnes longuement à la permanence même, un dispositif en deux temps a été créé - avec en deuxième ligne un réseau de cliniciens psychanalystes prêts à accueillir des personnes en situation de précarité. Les accueillants et les personnes accueillies devaient se projeter d'emblée dans la perspective que l'accueillant ne serait pas le thérapeute. Or, le transfert s'instaure d'emblée. Comment accueillir sans créer de transfert?

Et comment adresser les personnes à un clinicien du réseau? Qu'est-ce qui fait que l'adresse - non forcément géographique - aboutisse?

 

 

 

GENEVIEVE ROCQUES

"L'accueil, c'est une fonction, un espace à part entière, mais c'est un espace ouvert, un passage.

Franchir le pas de la porte - on entre, mais l'accueil est un intermédiaire: on peut repartir, ressortir, si on veut.

Pour l'accueilli, il s'agit de retrouver sa subjectivité, son être de sujet (puisqu'il est libre de repartir et éventuellement de revenir).

L'accueillant peut reformuler l'expression d'un besoin d'être accompagné : "tout seul, vous n'y arriverez pas".

Le besoin d'être accompagné dans l'émergence d'une demande (ne pas juste venir parce qu'on a été envoyé).

C'est donc un premier pas: exprimer un besoin, une souffrance.

 

1. C'est un sas entre le dedans et le dehors, un premier pas.

2. une première rencontre, un contact préliminaire vers une autre relation,

une dimension qui inclut l'affect, un premier nouage d'une première relation: une relation unique, limitée dans le temps.

"Je vous écoute, vous me parlez".

3. L'émergence d'une demande, d'un désir.

"Etes-vous prêt à vous engager?"

Le sujet décide s'il revient ou non, on n'est obligé à rien. La dimension du "holding" chère à Winnicott.

L'accueillant peut aussi dire "Je ne vous sens pas prêt".

 

Hiérarchiser les besoins: vitaux (logement, alimentation)

différenciés du désir (accéder à une subjectivité).

 

L'accueil est un passage sur le chemin vers les bureaux, ce n'est pas un lieu où la personne est invitée à tout déverser. A qui dire quoi?

"Etes-vous sûr de vouloir en dire autant?". Il s'agit d'introduire une temporalité  "Vous allez revenir".

 

18 Place Marnac,

31520 Ramonville

Saint-Agne, France

06 26 29 36 17